Fear-Setting đŸ˜± : un outil simple pour surmonter votre peur de l’Ă©chec

Temps de lecture estimé : 8 min

Cet article fait partie d’un Ă©vĂ©nement interblogueur Â« La peur de l’échec Â» organisĂ© par Xavier du blog gĂ©rersontemps.fr. Je vous invite Ă  aller lire son article sur comment dompter la procrastination et ĂȘtre plus productif.

Je vous invite Ă  regardez ceci :

Mon bulletin de semestre Ă  l’Ă©tranger

Ça, c’est le bulletin de mon semestre Ă  l’Ă©tranger non validĂ©. Celui-ci a failli me coĂ»ter mon diplĂŽme d’ingĂ©nieur.

En 2018, lorsque j’Ă©tais en Ă©cole d’ingĂ©nieur, j’ai eu la chance de rĂ©aliser un semestre d’Ă©tude dans une universitĂ© au Chili, dans la ville cĂŽtiĂšre de Coquimbo.

J’avais pris des cours ressemblants Ă  ce que j’apprenais en France, mais j’avais Ă©galement pris quelques cours plus exotiques dont un qui Ă©tait sur l’ingĂ©nierie Ă©conomique (ou analyse financiĂšre).

Outre le fait de devoir apprendre une nouvelle matiÚre dans une autre langue, celle-ci était objectivement difficile. PrÚs de la moitié des étudiants chiliens ne la validaient pas en sur un semestre mais sur deux.

⚠ ProblĂšme : je n’Ă©tais lĂ  que pour un semestre et je devais valider tous mes modules sans exception. Sans validation de mon semestre, pas non plus de validation ma derniĂšre annĂ©e d’Ă©cole d’ingĂ©nieur et donc pas de diplĂŽme.

Mais Ă  vrai dire, cela ne m’avait mĂȘme pas effleurĂ© l’esprit au dĂ©but. AprĂšs tout, je me disais que je ne pouvais pas Ă©chouer si je me mettais Ă  travailler « vraiment ».

Au premier partiel, je me retame sĂ©vĂšrement avec une note bien en dessous de la moyenne. Je comprends qu’il va vraiment falloir que je m’investisse.

Je passe le deuxiĂšme partiel : il y a du mieux mais je ne suis clairement pas encore au niveau.

Idem pour le troisiÚme ; je passe donc en rattrapage en décembre.

Je passe donc une bonne partie de mes derniers jours de repos au Chili avant de repartir en France Ă  rĂ©viser ces satanĂ©es VAN, TIR, et autres break-even points … Puis je passe l’examen de rattrapage.

Alors que je suis en transit durant mon retour en France, le rĂ©sultat tombe : je ne valide pas mon semestre Ă  l’Ă©tranger Ă  cause d’un 2,8 / 7 (oui, au chili les notes sont sur 7) en ingĂ©nierie Ă©conomique.

J’arrive toutefois Ă  valider mon diplĂŽme d’ingĂ©nieur par la suite via un master en management dans une Ă©cole de commerce, sans avoir Ă  refaire une derniĂšre annĂ©e d’Ă©cole d’ingĂ©nieur.

Pour certains d’entre vous, cet Ă©chec peut vous semble assez bĂ©nin et c’est normal : un Ă©chec est relatif Ă  l’interprĂ©tation personnelle que l’on a des Ă©vĂ©nements.

Je peux en tous cas vous dire que je me suis senti comme une m**** pendant plusieurs semaines pendant et aprĂšs cette histoires. A l’approche de chaque nouveau partiel, j’avais de moins en moins l’espoir d’y arriver malgrĂ© le fait que je travaillais de plus en plus.

Mais finalement, comment traverser ce sentiment douloureux de la meilleure des maniĂšres ?

Dans cet article, je me reposerai sur mon expĂ©rience et celle de deux personnes bien connues : le rappeur Orelsan et l’auteur du bestseller « La semaine de 4 heures », Tim FERRISS.

Nous allons appronfir ce qui se cache derriĂšre la peur de l’Ă©chec pour ensuite voir un outil simple mais diablement efficace qui vous aidera Ă  la surmonter.

đŸŽ€ La peur de l’Ă©chec selon Orelsan

Pour celui du fond qui s’est endormi au cours de culture gĂ©nĂ©rale, Orelsan est un des rappeurs les plus influents de la chanson française actuellement, et ce depuis quelques annĂ©es.

Dans son album Perdu d’avance sorti en 2009, Orelsan nous livre un morceau intitulĂ© Peur de l’Ă©chec. C’est d’ailleurs une des chansons prĂ©fĂ©rĂ©es de l’artsite lui-mĂȘme comme il le partage dans le documentaire Montre jamais ça Ă  personne disponible sur Amazon Prime (que je vous conseille chaudement soi-dit en passant).

Peur de l’Ă©chec, 2009, Orelsan

Dans ce morceau, Orelsan remet en question les liens avec ses proches, ses actions, l’ennui, etc. Il conclut sa chanson avec les mots suivants :

J’ai peur de l’Ă©chec,
J’ai peur d’affronter les Ă©preuves de la vie,
J’ai peur de mes erreurs,
J’ai peur de l’avenir

Orelsan, Peur de l’Ă©chec

La peur de l’Ă©chec rĂ©sulterait donc de la peur de surmonter des obstacles : physiques, mentaux, professionnels, etc.

Effectivement, avoir l’impression de devoir gravir une montagne peut nous appeurer. Vous n’aurez certainement pas de mal Ă  vous convaincre de retenter d’arriver 1er Ă  la course dans MarioKart mais en ce qui concerne le fait de nĂ©gocier une augmentation ou encore de quitter votre foyer, c’est une autre paire de manche car cela n’aura pas les mĂȘme consĂ©quences.

C’est pour cela que dans la mĂ©thode de fixation d’objectif S.M.A.R.T, nous avons le A pour « Atteignable ». Il faut que le stress gĂ©nĂ©rer par un objectif reste du cĂŽtĂ© positif. Malheureusement, certains obstacles devront quand mĂȘme ĂȘtre surmontĂ©s, malgrĂ© la douleur que cela reprĂ©sentera.

Cette peur de l’Ă©chec serait Ă©galement une rĂ©sultante de la peur de faire des erreurs.

De ce cĂŽtĂ© lĂ , nous sommes plutĂŽt bien servis en France. Que ce soit durant le parcours scolaire ou le parcours salarial classique, la tolĂ©rance de l’erreur de la part des « supĂ©rieurs » n’est pas toujours trĂšs Ă©levĂ©e. Cela peut aussi venir d’une exigeance trĂšs (trop) forte envers nous-mĂȘme.

Finalement, la peur de l’Ă©chec se reflĂšte par une peur du futur, de l’inconnu.

Parfois, c’est le manque d’informations et/ou de connaissances nous faisant dĂ©faut qui nous amĂšne Ă  penser que quelque chose serait insurmontable. Typiquement, mettre en place un site web est de nos jours trĂšs accessible et ne requiĂšre qu’un niveau de technicitĂ© basique.Toutefois, il faut avoir un minimum le pied dedans pour se rendre compte Ă  quel point !

Cela peut aussi ĂȘtre une barriĂšre phychologique construite par votre environnement ou votre discours interne. Par exemple, vous pouvez vous auto-convaincre ou vous ĂȘtre fait convaincre que vous ĂȘtes nul en sport parce que vous avez loupĂ© le saut en longueur au cours d’EPS du lycĂ©e et que tout le monde s’Ă©tait moquĂ© de vous. Dans ce cas, une vraie introspection et/ou une une aide extĂ©rieure pourront Ă©ventuellement vous dĂ©bloquer !

Je rajouterai une autre peur Ă©troitement liĂ©e Ă  la peur de l’Ă©chec et qui est beaucoup plus insoinueuse : la peur de la rĂ©ussite ! Celle-ci est d’ailleurs souvent liĂ©e Ă  la perception des autres de votre rĂ©ussite.

  • Vous avez l’opportunitĂ© de gagner beaucoup d’argent ? Peut ĂȘtre que cela va vous Ă©loigner des autres.
  • Vous rĂ©ussissez trĂšs bien vos Ă©tudes ? Vous craignez d’ĂȘtre considĂ©rer comme le chouchou.
  • Vous avez une idĂ©e pertinente sur un projet ? Vous ne voulez pas paraĂźtre plus intelligent que votre patron qui est dans la salle.

Bref, vous avez compris l’idĂ©e.

Cette peur de l’Ă©chec, on peut justement voir Orelsan la surmonter dans le documentaire « Ne montre jamais ça Ă  personne – partie 2 » oĂč, fort du succĂšs immense de son album La fĂȘte est finie et pendant la pĂ©riode de pandĂ©mie de Covid, il doit trouver l’inspiration pour son prochain album.

Maintenant que nous avons dresser le constat sur les causes de la peur de l’Ă©chec, la prochaine Ă©tape est de proposer une solution. Pour ça, je sais exactement vers qui me tourner !

🛠 L’outil pour surmonter ses peurs selon Tim Ferris : le Fear Setting

Tim FERRISS est un entrepreneur et auteur mondialement connu, notamment pour son bestseller intitulĂ© La semaine de 4 heures. Il a Ă©galement participer Ă  une confĂ©rence TED sur le thĂšme de la peur d’agir.

Je vous invite d’ailleurs Ă  la visionner car elle ne dure que quelques minutes et reste trĂšs claire :

Conférence TED de Tim FERRIS

Pour rĂ©sumĂ© ses propos, Tim FERRIS s’intĂ©resse beaucoup aux principes du stoĂŻcisme. Un de ces principes revient Ă  sĂ©parer :

  1. Ce sur quoi vous pouvez avoir une influence.
  2. Ce que vous ne pouvez pas changer.

L’idĂ©e sera de se focaliser sur la premiĂšre catĂ©gorie.

Comment ? GrĂące Ă  un outil qu’il utilise depuis 2004.

Pourquoi 2004 ? Parce que cette mĂȘme annĂ©e, deux Ă©vĂ©nements sont arrivĂ©s dans sa vie :

  1. Un des ses proches amis est mort d’un cancer.
  2. Sa copine avec qui il projetait un mariage l’a quittĂ©.

Pour gĂ©rer ces deux Ă©vĂ©nements et les consĂ©quences mentales qu’ils ont eu sur lui, il a mis au point un outil lui permettant de dĂ©finir ses peurs, (comme pour les objectifs) : le Fear-Setting.

Cet outil est composé de 3 parties.

1. « Et si … ? »

Dans cette premiĂšre partie, vous allez dĂ©finir vos peurs qui vous empĂšchent d’agir. N’hĂ©sitez pas Ă  le dĂ©tailler au maximum : mettez tous les pires choses que vous pouvez imaginer ! Essayez d’en avoir au moins 10.

Ensuite, vous allez Ă©crire ce qui pourrait prĂ©venir le fait que les Ă©vĂ©nements que vous avez dĂ©crits se produisent. Si cela peut baisser ne serait-ce qu’un peu la probabilitĂ©, c’est dĂ©jĂ  bien !

Finalement, vous allez lister ce que vous pourriez faire pour réparer les dégùt si, malgré tout, votre peur devient réalité.

2. Les bénéfices possibles

Ici, pour chaque peur, vous allez Ă©crire le bĂ©nĂ©fice possible que vous pourriez retirer du fait d’agir quand mĂȘme : gagner une compĂ©tence, ĂȘtre plus confiant, etc. Vous pourriez mĂȘme trouver une consĂ©quence positive au fait que votre peur se matĂ©rialise vraiment.

3. Le coĂ»t de l’inaction

Le statut quo peut ĂȘtre tout aussi dĂ©lĂ©tĂšre que le fait d’essayer de changer quelque chose et de se planter. Cela se nomme le coĂ»t d’opportunitĂ© ou coĂ»t de l’inaction. Il est donc important de se demander oĂč en sera votre vie dans 6 mois, 1 an et 3 ans si vous Ă©vitez cette action ou cette dĂ©cision qui vous effraie.

Tim FERRISS parle également de la réversibilité : est-ce que le bénéfice ou bien le drame est réversible ou permanent ?

J’ai particuliĂšrement apprĂ©ciĂ© l’outil du Fear-Setting, mais je n’ai pas pu m’empĂȘcher d’y ajouter un petit quelque chose.

⭐Bonus : Les principes basiques de la gestion des risques

Afin de complĂ©ter le modĂšle de Tim FERRISS, j’ai utilisĂ© 3 notions importantes dans le domaine de la gestion des risques :

  1. La probabilitĂ© d’occurence : C’est les chances que le risque arrive vraiment.
  2. L’impact : C’est Ă  quel point le risque peut engendrer de dĂ©gĂąts, l’intensitĂ©. On dĂ©finit souvent une Ă©chelle de 1 Ă  3, 1 Ă  5 ou 1 Ă  10.
  3. La criticitĂ© : C’est la probabilitĂ© du risque multipliĂ©e par l’impact du risque.

Exemples :

  • Avoir un accident en trotinette Ă©lectrique Ă  Paris : probabilitĂ© moyenne et impact fort.
  • Avoir un accident de voiture : probabilitĂ© moyenne et impact moyen.
  • Se crasher en avion : probabilitĂ© infime et impact trĂšs Ă©levĂ©.

J’ai donc rajoutĂ© cela dans le modĂšle afin de pouvoir ensuite au mieux hiĂ©rarchiser ses risques et donc prioriser les solutions pouvant ĂȘtre apportĂ©es, en prĂ©ventif (avant qu’un problĂšme arrive : prĂ©venir ) ou en curatif (aprĂšs qu’un problĂšme soit arrivĂ© : rĂ©parer).

đŸ§±ïž Le modĂšle Excel du Fear-Setting

Voici donc le modÚle Excel du Fear-Setting, inspiré par Tim FERRIS et la gestion des risques :

🎙 La recommandation

En lien avec notre sujet, je vous recommande chaudement le podcast de Pauline Grisonie intitulĂ© La Leçon, le podcast sur l’art d’Ă©chouer.

Au travers d’interviews de personnalitĂ©s aux profils variĂ©s, ce podcast se focalise sur le/s plus gros Ă©chec/s vĂ©cu/s chaque invitĂ©. Cela permet de voir l’envers du dĂ©cors derriĂšre le succĂšs perçu, la sueur et les larmes que l’on cache quand expĂ©rimente un Ă©chec.

Je prends plaisir Ă  l’Ă©couter depuis prĂšs de 2 ans. Je vous encourage donc Ă  commencer par un Ă©pisode ciblĂ© sur la thĂ©matique qui vous attirera le plus et, si ça vous plait, Ă  vous intĂ©ressĂ© aux autres interviews.

La leçon, le pocast sur l’art d’Ă©chouer

▶ Conclusion

Nous avons vu, grĂące la chanson de Orelsan, que la peur de l’Ă©chec a plusieurs visages.

Cela peut aussi bien ĂȘtrela peur d’affronter les obstacles, la peur de commettre des erreurs ou la peur de l’inconnu. On peut Ă©galement y ajouter la peur de la rĂ©ussite.

Mais Tim FERRISS a une solution : le Fear-Setting.

Vous vous demanderez d’abord se qui se pourrait se passer de pire et ce que vous pourriez faire pour prĂ©venir et rĂ©parer cela.

Ensuite, vous rĂ©flĂ©chirez aux bĂ©nĂ©fices que vous pourriez tirer de la prise de dĂ©cision ou de l’action Ă  entreprendre, mĂȘme si celle-ci Ă©choue et que le pire se produit.

Enfin, vous devriez Ă©galement Ă©valuer le coĂ»t de l’inaction qui serait, peut ĂȘtre, plus Ă©levĂ© que vous ne le penseriez.

Cette peur de l’Ă©chec sera Ă©galement largement endiguĂ©e si vous choisisez de travailler sur votre optimisme, notamment via votre organisation personnelle.

Je finirai en vous partageant les deux citations les plus impactantes pour Tim FERRISS :

Choix faciles, vie difficile.
Choix difficiles, vie facile.

Jerzy Gregorek

Nous souffrons souvent plus dans notre imagination que dans la réalité.

SĂ©nĂšque

Et vous, quel a Ă©tĂ© votre plus grand Ă©chec ? Comment vous en ĂȘtes-vous relevĂ© ? Quel obstacle vous fait le plus peur actuellement ?

Dites-le moi en commentaire 😉

✔ Recevez GRATUITEMENT la Checklist Time Boosterℱ : les meilleurs outils digitaux pour gagner du temps et booster votre quotidien !
(Strictement réservé aux membres)

Je déteste les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. En vous inscrivant ici, vous recevrez des articles, vidéos, offres commerciales, podcasts et autres conseils pour vous aider directement ou indirectement à optimiser votre temps pour en profiter pleinement. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.

â„č Sources

Why you should define your fears instead of your goals | Tim Ferriss

https://tim.blog/2017/05/15/fear-setting/

Si vous avez aimĂ© l'article, vous ĂȘtes libre de le partager

6 rĂ©flexions sur “Fear-Setting đŸ˜± : un outil simple pour surmonter votre peur de l’Ă©chec”

  1. Article trĂšs intĂ©ressant ! On est vite intimidĂ© par nos rĂȘves, la majoritĂ© n’essaient mĂȘme pas, les autres le font quand mĂȘme en y allant petit Ă  petit. Si c’est facile Ă  dire, c’est difficile Ă  faire et je pense que ta mĂ©thode en aidera plus d’un !
    Merci 🙂

  2. La peur provoque des blocages qui ne sont pas toujours justifier. L’important c’est de passer Ă  l’action, qui ne tente rien n’a rien. Et la peur de l’échec comme raison pour ne rien faire est en soi dĂ©jĂ  un Ă©chec. C’est bien d’avoir utilisĂ© comme fil conducteur 2 personnages connus bien diffĂ©rents pour illustrer l’article.

  3. Article intĂ©ressant avec des outils facilement actionnables une fois qu’on a identifiĂ© ses peurs. J’ai Ă©galement apprĂ©ciĂ© le fait d’utiliser 2 personnalitĂ©s connues pour illustrer l’article, ça facilite la comprĂ©hension.

  4. Merci pour cet article, j’ai longtemps eu peur de l’Ă©chec et avec du recul je pense que j’avais peur de la rĂ©ussite, des consĂ©quences comme tu l’expliques bien dans l’article. Puis petit Ă  petit j’ai arrĂȘtĂ© d’imaginer le pire et je me suis lancĂ©e 🙂

  5. C’est vrai qu’ajouter une petite analyse de risque ça permet d’aller jusqu’au bout de façon approfondie. Quand on a peur de l’Ă©chec c’est souvent qu’on souhaite tout contrĂŽler et cette mĂ©thode trĂšs acadĂ©mique peut nous rassurer ou au moins savoir quels risques nous sommes prĂȘts Ă  prendre puisque qu’on les a analysĂ© !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :